Prescriptions et tabous alimentaires

© Ralph Stehly, Professeur d’histoire des religions, Université Marc Bloch, Strasbourg

 

Dans quasiment toutes les religions, il y a des aliments permis et des aliments défendus. Pour l’homme religieux on ne mange pas n’importe quoi ni n’importe comment. Le bouddhisme est connu pour son végétarisme. Il interdit de consommer toute viande, car il s’agit de cadavre et parce qu’il est interdit de nuire à tout animal, quel qu’il soit. L’hindouisme des hautes castes est également végétarien, pour les mêmes raisons que le bouddhisme. En Inde, la règle pour les restaurants est de servir de la nourriture végétarienne. Si ce n’est pas le cas, cela est explicitement signalé.

Le judaïsme prescrit de ne manger que de la nourriture cachère, c’est-à-dire pure. La " cacheroute " exclut un certain nombre d’aliment (la viande de porc, la viande d’animaux non rituellement égorgés) ou de combinaisons d’aliments. Ce sont les rabbins qui délivrent aux restaurants juifs le certificat de " cacheroute ".

Les premiers chrétiens (qui étaient d’origine juive, puisque Jésus était juif) suivaient les règles alimentaires juives. Quelques décennies après la mort du Christ, les chrétiens qui étaient alors largement d’origine non-juive (grecque principalement) considérèrent qu’ils n’étaient plus liés par la Loi juive. C’est ainsi que le christianisme est devenu l’une des rares religions du monde à n’avoir pas de code alimentaire . Même le jeûne chrétien (le carême, qui se place dans les semaines avant Pâques) n’a pas la sévérité d’autres jeûnes, comme le ramadan par exemple. Il faut manger " maigre ", c’est-à-dire moins que d’habitude et sans viande. Souvent la viande est remplacée par du poisson. Dans les communautés religieuses et dans les familles chrétiennes pieuses les repas sont précédés par une prière spéciale, le " benedicite ", où l’on rend grâces à Dieu pour la nourriture donnée.

S’il n’y a pas de code alimentaire dans le christianisme, il y a néanmoins des tabous alimentaires non écrits qui sont observés par l’ensemble des populations européennes. On ne mange pas de viande de chien en Europe, alors que c’est le cas en Extrême Orient, notamment en Chine et en Corée.

Copyright Ralph Stehly, Professeur d'histoire des religions. Reproduction interdite, sauf dans dans un but non-commercial, et à condition de mentionner la source et l'auteur

Pèlerinage     Phénoménologie religieuse  Islam-christianisme

Hindouisme  Judaïsme Bouddhisme Christianisme Islam Histoire des Religions Sinica Contact

 


 

 

Francité 
Web Compteur
WEBMASTER!
04.10.2002